Quand faut-il ramoner sa cheminée ?

Sommaire

Le ramonage de la cheminée est une obligation légale. Mais quand faut-il ramoner ? La fréquence change-t-elle, que vous utilisiez fréquemment ou non votre cheminée ? PagesJaunes répond à toutes les questions que vous vous posez.

À quelle fréquence et à quelle période faut-il ramoner ?

La fréquence de ramonage

Les règles de ramonage sont fixées au niveau local par le biais d'un arrêté préfectoral ou municipal et peuvent varier selon les régions. Sachez qu'elles sont consultables en mairie. Mais quoi qu'il en soit, un ramonage mécanique doit impérativement être réalisé par un professionnel certifié, une fois par an pour les conduits tubés (à l'exemple de ceux des poêles à bois), sociaux et servant aux combustibles gazeux, deux fois par an pour les cheminées classiques et tous les autres conduits.

Remarque : à la suite de chaque ramonage, le ramoneur doit vous remettre un certificat de ramonage, d’une période de validité limitée. Il vous sera indispensable en cas de sinistre pour prouver que vous êtes en règle avec la loi et ainsi être éventuellement indemnisé par votre assurance.

Tout occupant d’un logement, qu’il s’agisse du locataire ou du propriétaire doit obligatoirement faire ramoner le conduit de sa cheminée ou de son poêle à bois au moins une fois par an. Certains règlements sanitaires départementaux ou communaux prévoit une sanction pour défaut de ramonage consistant en une amende pouvant aller jusqu’à 450 euros.  

Les meilleures périodes pour ramoner

Aucun impératif n'étant fixé, l'idéal est d'effectuer le premier ramonage avant la période de chauffe et le second durant celle-ci. Sachant que le printemps est une saison plus calme pour les ramoneurs, vous pouvez en profiter pour faire appel à eux sans risquer d'avoir à attendre trop longtemps.

Remarque : le prix d'un ramonage effectué par un professionnel varie selon les régions, la taille et l'encrassement du conduit ainsi que le type de combustible utilisé. Comptez entre 45 € et 100 €.

Une fréquence de ramonage à adapter à l'utilisation de sa cheminée

Si deux ramonages mécaniques sont dans le plupart des cas imposés par la loi, rien ne vous empêche d'augmenter cette fréquence en fonction de l'utilisation de votre cheminée.

Ramoner par soi-même

Si vous utilisez votre cheminée tous les jours ou si vous vous êtes servi de combustibles susceptibles d'encrasser plus particulièrement le conduit, mieux vaut prévoir un troisième ramonage durant la période de chauffe. Dans ce cas, ce ramonage mécanique ne doit pas obligatoirement être réalisé par un professionnel. Si vous êtes un bon bricoleur, vous pouvez tout à fait le pratiquer vous-même, moyennant l'achat (ou le prêt) d'un kit de ramonage composé au minimum d'un hérisson et de perches flexibles.

Le ramonage chimique

Autre possibilité : le ramonage chimique, à l’aide de bûches ou de poudre de ramonage par exemple. S'il n'est pas aussi complet qu'un ramonage mécanique, il est très simple à mettre en œuvre puisqu’il suffit de déposer la bûche ou la poudre directement sur les braises. Son coût est également réduit : entre 8 € et 15 € pour une bûche de ramonage, entre 4 € et 10 € pour 10 kg de poudre.

Attention : si votre logement est équipé d'une cheminée, il peut être obligatoire de la faire ramoner, même si vous ne l'utilisez pas. Renseignez-vous auprès de votre assurance. En revanche si la cheminée est condamnée, il n'y a plus aucune obligation.

 

Ces pros peuvent vous aider